29 janvier 2007

Barry Lyndon

925080800

L'Irlande du XVIIIème siècle. A la mort de son père, le jeune et ambitieux Redmond Barry est décidé à monter dans l'échelle sociale. Après s'être battu en duel avec le soupirant de sa cousine Nora dont il est amoureux, il est contraint de fuir son pays pour échapper à la justice. Il s'engage dans l'armée anglaise, déserte, rejoint les rangs des soldats de Fréderic II. Ayant séduit la contesse de Lyndon, il l'épouse à la mort de son mari. Elle lui donne un nom, une fortune et un fils.

Galerie de peintures, concerts symphoniques ou portraits d'un anti-héros ? Adapté du roman de Thackeray, Barry Lyndon retrace l'ascension et la chute d'Edmond Barry dans la haute société Anglaise du 18éme siècle et son itinéraire d'opportuniste et de parvenu.

Petit noble irlandais déchu, puis soldat de l'armée de Georges III, Barry se hissera au sommet, à forces de combines, de tricheries au jeu et avec pour finir, un mariage fortuné avec une aristocrate au grand style, veuve d'un lord infirme et fortuné. Il découvrira un monde corrompu aux règles néanmoins bien définies, avec ses trahisons, ses futilités, ses tromperies, un monde de gentlemen en somme. Edmond Barry est décrit en parvenu, pourtant beau, sans scrupules mais humain tout de même. On est loin d'une description manichéenne d'un méchant personnage.

De son coté, Lady Lyndon est projetée en aristocrate, trompée, bafouée, silencieuse face au sort qui s'acharne sur elle, digne et campée en héroïne tragique. Le narrateur qui nous conte l'histoire s'arroge plusieurs rôles non content de nous raconter, il juge, préjuge, anticipe la fatalité qui s'abat sur le héros et imprime son rythme a l'histoire, l'accélérant ou le ralentissant a son gré. L'effet est néanmoins agréable car paradoxalement, le spectateur est sollicité et témoin, et prend partie.

Plus fascinants encore, sont les décors, la campagne irlandaise ou allemande, les ciels surchargés préfigurant la tragédie, les châteaux somptueux et les champs de Bataille, Kubrick a ressuscité Gainsborough et Constable pour les enrôler comme assistants. Les événements sont entrecoupés : de véritables tableaux, extrêmement bien cadrés qui contribuent à adoucir la violence de certaines scènes tournées en extérieurs. Stanley Kubrick, outre le fait d'être perfectionniste, tenait à restituer exactement les éclairages des intérieurs de l'époque sans ajouter l'appoint de lumières artificielles. Stanley Kubrick a également reconstitué l'Europe du 18éme Siècle avant et après la Guerre des 7 ans.

Tous les costumes et décors du film ont été fidèlement reproduits d'après les tableaux d'époque. Barry Lyndon est également agrémenté de sublimes travellings avant et arrière, de plans séquences homogènes et de mouvements fluides. On soulignera que Stanley Kubrick a put trouver un objectif, aussi sensible qu'un oeil mis au point pour les études de la NASA, et, autour, il fit construire une caméra nommée le « Zeiss ». Comme dans la plupart des films de Stanley Kubrick, la caméra est au plus proche des scènes de combat, d'une sécheresse incroyable, (cf. combat entre Barry et Pat Roach). La musique tient également un rôle essentiel, non seulement comme accompagnement de l'image mais aussi comme mode de communication. Ainsi, on y retrouve de superbes musiques classiques empruntées à Mozart, Vivaldi, Bach ou encore Haendel qui renforcent également le côté documentaire.

En dépit d'un échec commercial, quatre oscars ont couronné Barry Lyndon : meilleur direction artistique et décors, meilleure photographie, meilleurs costumes, meilleur arrangement musical. Barry Lyndon s'impose à la fois comme une oeuvre majeure dans la filmographie de Stanley Kubrick, d'une magnificence visuelle encore inégalée, et à mes yeux, son plus grand film.

Posté par Hartigan à 16:15 - - Commentaires [14] - Permalien [#]


Commentaires sur Barry Lyndon

    Bijouterie

    Perle rare offerte par le grand Maître. Vu 1 million de fois sans jamais me lasser d'un moindre plan.

    Posté par chris, 30 janvier 2007 à 22:19 | | Répondre
  • Oui!

    Sur un plan formel, il reste l'un des plus beaux films de l'histoire du cinéma.

    Merci maître...

    Posté par Michael, 30 janvier 2007 à 22:42 | | Répondre
  • 'Veux voooooiiiir !!!!!

    Je n'en avais vu que la premier tiers, qui m'avait déjà largement permis d'admirer la photographie et la mise en scène sublimes de Kubrick. J'adorerais le voir (mais à tout prix en VO !).

    Posté par Gus, 02 février 2007 à 23:03 | | Répondre
  • Plus rien ?

    Et alors ? Plus de films depuis fin janvier ?

    Posté par Wilyrah, 05 mars 2007 à 13:19 | | Répondre
  • Et oui..

    Raaah je sais mais j'ai beaucoup de trucs à faire en ce moment lol ça va venir

    Faudrait que je fasse un tour sur le tien par contre.. lol

    Posté par cinevisions7, 06 mars 2007 à 19:35 | | Répondre
  • Salut à toi !

    Comme tu es passé, je passe !
    J'ai mis un com sur "Chiens de paille", je repasserai plus tard.

    ++

    Posté par Tim, 12 mars 2007 à 19:09 | | Répondre
  • ça par contre, c'en est un de chef d'oeuvre!

    edmond barry devenu barry lyndon par pure vanité, à mon avis la plus belle poursuite du vent que le cinéma nous ait donnée. Dans mon top 5 bien sûr... comment pourrait-il en être autrement !

    Posté par karamzin, 13 mars 2007 à 00:01 | | Répondre
  • Merci pour ton lien et bravo à toi pour ton blog et tes belles critiques. Je vais te mettre aussi en favori.
    Entièrement d'accord avec toi sur Barry Lyndon, c'est vraiment un film magnifique.

    Posté par golgoth67, 17 avril 2007 à 10:43 | | Répondre
  • Salut

    Pour ce qui est du film, je le possède en dvd mais je ne l'ai toujours pas regardé. Sinon pour te répondre, oui j'attends avec impatience Zodiac de Fincher.

    Posté par Rudy, 27 avril 2007 à 01:20 | | Répondre
  • Enfin regardé

    Depuis noel je l'avais en dvd, je me suis enfin décidé à le regarder... que dire à part : "chef d'oeuvre".

    Posté par Rudy, 07 juillet 2007 à 18:27 | | Répondre
  • réponse

    Au sujet du BAC, oui cela c'est très bien passé, j'ai eu la mention assez bien avec 12.68 de moyenne.

    @++

    Posté par Rudy, 08 juillet 2007 à 00:41 | | Répondre
  • Très bien

    Pas vu depuis longtemps mais dans ma DVDthèque depuis un certain temps. Chef d'oeuvre et classique. Une leçon de mise en scène de cinéma. Merci pour le commentaire sur mon blog.

    Posté par dasola, 10 juillet 2007 à 13:25 | | Répondre
  • Un régal

    Je le vois et le revois sans me lasser. Un pur bijou de mise en scène, tout y es presque parfait : la musique, la lumière, les costumes. Pour moi le meilleur de Kubrick.

    Posté par Neil, 23 juillet 2007 à 09:51 | | Répondre
  • Yeaaaaaaah

    Bien ça !!!

    Posté par Hartigan, 23 juillet 2007 à 11:41 | | Répondre
Nouveau commentaire